La vue du bouddhisme sur les autres religions

Tout comme il y a des milliards de personnes sur cette planète, il y a également des milliards de dispositions et d’inclinations. Du point de vue bouddhique, un large choix de religions est nécessaire pour convenir aux besoins variés des différentes personnes. Le bouddhisme reconnaît que toutes les religions partagent le même but à savoir contribuer au bien-être de l’humanité. Sur cette base commune, bouddhistes et chrétiens ont établis des programmes d’échange pour apprendre les uns des autres dans un esprit de coopération mutuelle et de respect.

Parce que nous n’avons pas tous les mêmes inclinations et intérêts, le Bouddha a enseigné une large variété de méthodes adaptées à différentes personnes. Dans le même esprit, Sa Sainteté le Dalaï-Lama a dit qu’il était merveilleux qu’autant de religions différentes existent de par le monde. Tout comme un seul type de nourriture ne conviendrait pas à tout le monde, il est vrai qu’une seule religion ou système de croyance ne satisferait pas les besoins de tous. Le fait qu’une variété de religions différentes soit disponible est très bénéfique. C’est une bonne chose dont il faut se réjouir et qu’il faut accueillir.

Dialogue inter-religieux

Il y a maintenant un dialogue grandissant, fondé sur un respect mutuel, entre maîtres bouddhistes et dirigeants des autres religions. Le Dalaï-Lama a souvent rencontré le pape Jean-Paul II et, en 1986, le Pape a invité des chefs spirituels de toutes les religions du monde à une grande assemblée qui s’est tenue à Assise en Italie. Cent cinquante représentants étaient présents, et le Dalaï-Lama qui était assis auprès du Pape a eu l’honneur de faire le premier discours. À la conférence, les chefs spirituels ont discuté des sujets communs à toutes les religions, comme l’éthique, l’amour, la compassion. Les gens ont été très touchés et enthousiasmés par la coopération, l’harmonie et le respect mutuel que les différents leaders religieux ont ressenti les uns pour les autres.

Bien sûr, chaque religion est différente. Si l’on considère la théologie et la métaphysique, il n’y a absolument aucun moyen d’échapper à ces différences mais cela ne signifie pas pour autant qu’il faille argumenter. Une attitude telle que « mes croyances sont meilleures que les vôtres » n’aide en rien. Il est bien plus utile de voir ce que toutes les religions ont en commun : elles cherchent toutes à améliorer la situation des êtres et à rendre la vie meilleure en enseignant l’éthique et l’amour, la compassion et le pardon. Elles enseignent aux gens à ne pas devenir totalement pris par le côté matériel de la vie, mais d’essayer au moins de trouver un équilibre entre progrès matériel et spirituel.

Il serait incroyablement utile que toutes les religions puissent travailler ensemble afin d’améliorer la situation dans le monde. Le progrès matériel est important, mais il devient de plus en plus clair que le progrès spirituel est aussi nécessaire. Quand on ne recherche que l’aspect matériel de la vie, alors faire une bombe puissante capable d’exterminer l’humanité devient un objet désirable. En revanche, si nous pensons d’une manière plus spirituelle ou humaniste, nous sommes conscients des problèmes provenant du développement des armes de destruction massive. Cependant, en ne développant que le côté spirituel et en ignorant totalement le côté matériel, on risque tous de finir affamés. Cela n’est pas bon non plus ! Donc, l’équilibre est la clé.

Apprendre les uns des autres

Un aspect des interactions entre les religions mondiales est qu’elles partagent leurs spécificités. Par exemple, de nombreux contemplatifs chrétiens ont montré de l’intérêt pour les méthodes de concentration et de méditation du bouddhisme, et de nombreux prêtres catholiques, abbés, moines et nonnes ont visité Dharamsala en Inde pour apprendre ces outils et les intégrer dans leur propre tradition. Certains bouddhistes ont enseigné lors de séminaires catholiques, et moi-même il m’a été donné l’opportunité de leur enseigner comment méditer, comment développer la concentration et comment développer l’amour. Le christianisme nous enseigne d’aimer tous les êtres, mais ne fournit pas d’explications détaillées sur la manière d’y parvenir, alors que le bouddhisme est riche en méthodes pour développer l’amour. La religion chrétienne à son plus haut niveau est ouverte à l’apprentissage de ces méthodes enseignées par le bouddhisme. Cela ne veut pas dire que les chrétiens vont tous devenir bouddhistes – personne n’essaie de convertir l’autre ici. Cela signifie simplement qu’ils peuvent apprendre les méthodes et adapter ces outils à leur propre religion, les aidant ainsi à devenir de meilleurs chrétiens.

De la même façon, beaucoup de bouddhistes sont curieux d’en apprendre plus du christianisme sur le service social. La majorité des chrétiens souligne l’importance que les moines et les nonnes s’impliquent dans l’enseignement, le travail hospitalier, l’accompagnement aux personnes âgées, aux orphelins, etc. Bien que cela ait déjà été développé dans certains pays bouddhistes, ce n’est pas le cas partout, à cause des différences géographiques et sociales. Les bouddhistes peuvent donc en apprendre beaucoup des chrétiens sur le service social, et Sa Sainteté le Dalaï-lama est très ouvert sur ce point. C’est excellent que chacune des parties puisse apprendre l’une de l’autre et partage sa propre expérience. De cette manière, il peut y avoir un forum ouvert entre les religions du monde, fondé sur le respect mutuel.

Résumé

Jusqu’à présent, l’interaction entre les religions se faisait surtout au plus haut niveau, celui des dirigeants religieux – lesquels semblent être plus ouverts et avoir moins de préjugés. À un niveau moindre, les gens ont l’air plus méfiants et développent une mentalité d’équipe de football – où la compétition et le combat sont de norme. Maintenir ce genre d’attitude est très triste, que cela se produise entre les religions ou même entre les différentes traditions bouddhiques. Le Bouddha a enseigné des méthodes diverses, toutes dans le but d’aider harmonieusement le plus grand nombre de personnes. Il est donc important de respecter toutes les traditions, tant à l’intérieur du bouddhisme qu’entre les religions du monde.