Qu’est-ce que l’amour ?

L’amour signifie « souhaiter que les autres soient heureux et possèdent les causes du bonheur ». L’amour, fondé sur la compréhension que nous sommes toutes et tous égaux dans notre recherche du bonheur, est universel et inconditionnel. De plus, il nous rend réceptifs aux besoins des autres et désireux de contribuer à leur bonheur. Il concerne tout le monde à égalité, indépendamment du type de relations que nous avons avec quelqu’un et indépendamment de ses actes, et n’attend rien en retour. Dans le bouddhisme, on dit que l’amour est la plus grande source de bonheur.

Amour ou attachement ?

L’amour va souvent de pair avec d’autres émotions. Avec un attachement malsain, nous exagérons les qualités positives – réelles ou imaginaires – de l’autre personne et refusons ses défauts. Nous nous accrochons à elle et si elle ne fait pas attention à nous, nous sommes contrariés et nos pensées ressemblent à : « Je t’aime. Ne me quitte pas. Je ne peux pas vivre sans toi. »

« L’amour est le désir impartial de faire durer le bonheur de tous les êtres, qu’ils nous soient sympathiques ou pas. » – Yongdzin Ling Rinpotché

Pour le bouddhisme, l’amour donne un sentiment de parenté avec les autres indépendamment de leur affection ou de leur intérêt pour nous, ce qui fait qu’il n’y a pas de dépendance envers autrui. Quand l’amour est mêlé d’attachement et de dépendance, il devient instable. Dans ce cas, si la personne que nous aimons fait quelque chose qui nous blesse, il est possible que nous ne l’aimions plus. Il suffit de voir combien de mariages d’amour se terminent par un divorce ! Par contre, quand l’amour que nous éprouvons est sans attentes, rien ne peut nous en détourner. Comme les parents qui aiment leurs enfants désobéissants et veulent toujours ce qu’il y a de mieux pour eux, cultiver un amour stable nous donne la force de gérer même les personnes les plus difficiles. Cela demande un certain entraînement, mais nous avons toutes et tous cette capacité.

L’amour pour nous-mêmes

L’amour universel comprend un aspect qui passe souvent inaperçu : la nécessité de nous aimer nous-mêmes, pas d’une manière égocentrique ou narcissique, mais dans le sens où nous éprouvons un intérêt sincère pour notre bien-être à court et à long terme. Il peut y avoir dans notre personnalité certains aspects autodestructeurs que nous n’aimons pas, mais cela ne veut pas dire que nous cherchions à nous rendre malheureux, ce qui serait le contraire de l’amour. Il est tout naturel de vouloir notre propre bonheur.

Quand nous dirigeons notre amour vers nous-mêmes, il ne s’agit pas de satisfaire purement et simplement notre recherche de plaisirs et de divertissements. La petite quantité de bonheur que nous en retirons ne dure jamais et nous finissons toujours par en vouloir davantage. Si nous nous aimons sincèrement nous-mêmes, nous essayons de trouver un bonheur véritable et durable au lieu de rechercher des plaisirs temporaires. Ce n’est que lorsque nous arrivons réellement à nous aimer nous-mêmes que nous pouvons vraiment aimer les autres.


Vidéo : Matthieu Ricard — « Le simple secret du bonheur »
Pour afficher les sous-titres : cliquez sur l’icône des sous-titres en bas à droite de l’écran de la vidéo. Pour changer de langue, cliquez sur l’icône « Paramètres » puis « Sous-titres » et sélectionnez votre langue.
Top