Qu’est-ce que la compassion ?

Dans le bouddhisme, la compassion est « le souhait que les autres soient libérés de la souffrance et des causes de la souffrance ». Elle s’appuie sur la reconnaissance des sentiments d’autrui, surtout quand nous avons traversé la même épreuve. Et si nous n’avons jamais fait ce type d’expérience auparavant, nous sommes capables de nous mettre dans la peau de l’autre et de ressentir sa détresse. Imaginant alors à quel point nous aimerions nous libérer de cette situation terrible, nous sommes envahis par la même aspiration pour l’autre personne, comme s’il s’agissait de nous-mêmes.

« L’amour et la compassion sont une nécessité, pas un luxe. Sans eux, l’humanité ne peut survivre. » – Le 14e Dalaï-Lama.
Vidéo : Le 14ᵉ Dalaï-Lama — « La pratique de la compassion »
Pour afficher les sous-titres : cliquez sur l’icône des sous-titres en bas à droite de l’écran de la vidéo. Pour changer de langue, cliquez sur l’icône « Paramètres » puis « Sous-titres » et sélectionnez votre langue.

La compassion nous ouvre le cœur et l’esprit et nous affranchit de la prison et de la solitude dans laquelle notre pensée égoïste nous confine. Nous avons – tous tant que nous sommes – des problèmes dans la vie, et quand nous nous sentons reliés aux autres, nous surmontons l’isolement et l’anxiété. Il est prouvé scientifiquement qu’être compatissants nous rend plus heureux et plus confiants. Prendre au sérieux la peine et la souffrance des autres et vouloir les aider nous donne force intérieure et confiance en nous. Si nous nous entraînons à cultiver la compassion, nous découvrirons une véritable une source de bien-être profond.

La compassion doit être active, elle devrait nous pousser à prendre la responsabilité de soulager la souffrance. Notre capacité d’aider autrui est peut-être limitée, mais nous faisons tout ce que nous pouvons – parce qu’il est insupportable de rester les bras croisés pendant que d’autres sont malheureux et en souffrance.

Pour rendre notre compassion plus efficace et prendre la bonne décision sur ce qu’il convient de faire, il faut allier notre compassion à la connaissance et à la sagesse. Si nous avons une maturité émotionnelle suffisante pour ne pas être fâchés ou découragés quand nous ne pouvons pas apporter de l’aide ou quand nos conseils ne marchent pas, la compassion devient notre meilleur moteur pour surmonter nos défauts et épanouir pleinement toutes nos potentialités.

Top